Vous l’avez compris ! Ce blog, je l’ai conçu pour vous aider gratuitement.

Tout ce qui vit est appelé à mourir, aussi dois-je impérativement transmettre, d’ici 10 ans, avant que moi-même je ne disparaisse, et mes nombreuses connaissances en pomologie et mes centaines de variétés dont certaines sont très rares.

Mais soyons clairs dès le départ !

En ces quelques 20 ans, des centaines de personnes m’ont sollicité afin que je les aide. Hélas, je constate qu’à la première difficulté, la quasi-totalité a pris la poudre d’escampette.

Autrement dit, je n’aiderai que les personnes sérieuses, hyper-motivées et qui partagent mon objectif à savoir faire de son mieux pour sauvegarder notre patrimoine fruitier exceptionnel et pourtant plus que jamais menacé de disparition !

Pour avoir quelques exemples, n’hésitez pas à consulter sur ce blog :

http://www.vive-pommes-poires.fr/mes-conseils/je-vous-aide-si/je-vous-aide-si/

Bon, j’arrête-là mon bla-bla pour parler de l’envoi de greffons par la poste…

Entre 2010 et 2012, je me consacre à ce qui me semble le plus important si je veux apporter ma pierre à la sauvegarde de notre patrimoine fruitier : la propagation de greffons !…Et je finis par trouver le site GÉNIAL de Patrice Dumas :

http://fruitiers.net/

si bien qu’en 2012, j’offre quelques 900 greffons, à diverses associations, vergers conservatoires, particuliers européens. Ce qui me coûte quelques milliers d’euros et des centaines d’heures de travail…

Et puis, la coutume, l’honnêteté veut que le récipiendaire remercie le donateur et lui rembourse ses frais de port.

Hélas, les deux dernières personnes à qui j’ai envoyé des greffons ne m’ont ni remercié–via un simple mail– et encore moins remboursé mes timbres. Pour exemple, un Belge me doit 37,50 € de port.

Ceci-dit, je connais 3  » pigeons » qui, comme moi, ont connu une telle mésaventure…

Résultat, fini la propagation de greffons !…Enfin, pour l’instant!

Dès 2020-21, j’envisage de recommencer….

——Mais en posant certaines conditions.

——Lorsque mes vergers seront définitivement achevés.

——Lorsque je serai sûr que mes variétés sont authentiques à au moins 80%, tant il y a d’erreurs!

2 Commentaires

  1. Bonjour monsieur,
    Tout d’abord félicitations pour vos connaissances en pomologie et pour vos actions pour la sauvegarde de la diversité.
    Quant à moi se sont des recherches en généalogie qui m’ont amené jusqu’à vous: en effet j’ai retrouvé parmi mes aïeux un certain DURSUS Guillaume qui a apparemment œuvré à l’amélioration du cidre en France en important des greffes de POMME DE MONSIEUR et de POMME D’EPICE de son Espagne natale.
    Chez nous il y a toujours eu des pommiers et des pommes! que l’on ramasse toujours a la main et qui sont pressées traditionnellement au pressoir .Mon père est très attaché à se savoir faire ,il pratique le greffage et il y à une quinzaine d’années il à planté un nouveau verger d’une trentaine d’arbres.
    Il vient de fêter ses 70 ans et nous aimerions beaucoup mon frère et moi pouvoir lui « offrir » un greffon de l’une de ces espèces pour continuer » l’histoire pomologique « de notre famille.
    C’est pourquoi je sollicite votre aide et vos connaissances pour pouvoir nous procurer ce greffon ,bien sur contre dédommagement et/ou échange et nous pouvons bien sur nous déplacer.
    merci pour votre attention et de l’aide que vous nous apporterez.
    Cordialement.
    Nathalie

    • Bonjour Nathalie.
      Je suis tellement débordé de travail que , depuis un an, je n’ai pas consulté les commentaires de mon blog, d’autant plus que la quasi-totalité ne sont que des pubs en anglais !
      Ceci explique ma réponse tardive….
      Vu que l’adresse mail de votre mari comporte, comme le mien, un 50, j’en déduis que vous habitez dans la Manche.
      Voilà 8 ans, à Sainte Mère Église, j’ai prélevé avec mon mentor Gilbert Martin, 56 variétés à cidre de l’époque du sieur de Gouberville….Gilbert les avait greffées dans plusieurs vergers dits conservatoires, dont ceux de la ferme-musée de Sainte Mère Église et, heureusement, ceux de sa commune, Saint-Sauveur le Vicomte…
      Un particulier a racheté les terres des vergers de la ferme-musée de Sainte Mère Église….Plus personne n’a accès aux greffons.
      Entre temps, Gilbert a récupéré la quinzaine de variétés absentes à Saint-Sauveur et les a greffées….
      Quant à moi, sur les 56 greffons récupérés, j’en ai réussi 54, à l’écusson…
      Hélas pour vous, le cidre ne m’intéressant pas, j’ai offert ces 54 pommiers basse-tiges à mon ami Jacques Thomas, de Redon, un passionné comme moi.
      Cependant, je vois avec plaisir que vous êtes motivée….Si bien qu’il vous reste une chance de récupérer des greffons des deux variétés que vous souhaitez : c’est d’aller les récupérer à Saint-Sauveur le Vicomte… en janvier—mars prochains…
      Maintenant, facile à dire et plus difficile à faire !
      Est-ce que le 3ème confinement inévitable après les réveillons ( vu le manque de civisme des franchouillards ) vous permettra de vous déplacer jusqu’à Saint-Sauveur le Vicomte ??? À moins que vous n’y alliez entre les deux réveillons !
      Maintenant, à qui vous adresser pour prélever des greffons ???? Pas à Gilbert, que j’ai eu au téléphone dernièrement….Il est trop fatigué avec ses 90 ans….
      À Mr le maire ? …Oui ! en lui demandant de mettre à votre disposition un employé communal.
      Vous aurez un atout avec vous : Gilbert a placé sur chaque pommier une grande étiquette indiquant la variété….
      Je vous conseille de contacter très vite Mr le maire….
      Et tenez-moi au courant !
      Je vous souhaite de réussir ‘’ ce parcours du combattant’’, comme je l’ai fait pendant 29 ans pour me procurer des centaines de variétés à couteau, dont certaines sont très rares…
      Bien amicalement…..Michel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires