Remontons le temps de 6 siècles et voyageons dans ce joli Cotentin ( situé tout au nord du futur département de la Manche).

Le sieur de Gouberville, ( 1521 à 1578 ), gentilhomme du Mesnil-au-Val et de Russy, dans le Cotentin, fut un seigneur hors du commun puisqu’il, en ce qui nous concerne, créa des dizaines de variétés de pommes à cidre, pour en faire une délicieuse boisson, le cidre….De plus, pendant 13 ans, il tenait des cahiers sur ses créations…Et encore mieux, ses cahiers nous sont parvenus….

Vers les années 70, Gilbert Martin, petit-fils de cidriculteur et bouilleur de cru, devenu prof d’histoire dans ce même Cotentin, dévora littéralement les écrits parlant des pommiers à cidre et du cidre du sieur. Ainsi naquit chez Gilbert l’idée de retrouver le maximum de variétés et de les sauvegarder dans divers vergers conservatoires de la Manche.

                           

Il y consacrera plus de 25 ans de sa vie, sillonnant la région et sauvegardant la presque totalité des variétés du sieur.

Il parviendra même à recréer le fameux cidre du sieur, si fameux que le roi François 1er en faisait venir à sa cour!

Il me l’a fait goûter. ..Un délice !

Alors qu’ un autre grand pomologue de la Manche était président-fondateur des  » croqueurs de pommes de Normandie »—Eugène Tinture, à qui je consacrerai le prochain article—, j’eus la bonne idée d’adhérer à cette association, la même année que Gilbert, ce qui me permettra vite de côtoyer ces deux grands passionnés.

En ,      3 vergers conservatoires de pommiers haute-tige créés par Gilbert dans sa commune de Saint Sauveur le Vicomte.

En ,     2vergers conservatoires à Sainte Mère Église, le 1er créé par Gilbert. Il compte une centaine de pommiers haute-tige. Le 2ème par moi, aidé de mes amis croqueurs de pommes de la Manche. Il comprend une quarantaine de pommiers et poiriers basse-tige.Merci à Elizabeth Roulland, qui, à cette époque nous a beaucoup aidés!

En ,    verger de ma commune, que j’ai commencé à créer dès 2002, aidé de mes amis croqueurs de pommes de la Manche.Il comprend en ce moment plus de 300 variétés de pommes, poires, cerise, prunes…

En ,    verger de 22 variétés de pommes à cidre que j’ai créé en 2004. Nous étions 5 croqueurs à greffer ces haute-tiges, sur l’aire de repos de Gouvets, parmi lesquels Eugène Tinture qui nous avait fourni les greffons.

En , verger de Vains créé par Gilbert. Je me dois, un jour, d’aller y prendre des photos.

Mais triste réalité ! Je constate que ces vergers intéressent bien peu de monde!

C’est, partiellement, pour tenter que tout ce patrimoine ne disparaisse dans l’indifférence générale que je me suis décider à construire ce blog. À ce jour, Eugène a disparu; Gilbert a 88 ans et moi bientôt 70.

Cependant, j’ai déjà propagé, sous forme de greffons quelques 42 variétés de pommes à cidre de gilbert, via le site http://fruitiers.net

auprès de  »MI24 »  et de quelques autres adhérents à ce site prestigieux de Patrice Dumas.

J’ai même offert,à  » SINAR » en 2017, les 57 pommiers basse-tige que j’avais écussonnés en août 2016.

Les 57 pommiers basse-tige mis en jauge en attendant que Jacques, un passionné comme moi, vienne les récupérer, malgré les 216 km qui nous séparent.

Ce qui arriva vite!

   

Plus nous propagerons de greffons, plus nous augmenterons les chances de sauvegarder notre patrimoine fruitier!

Hélas, à ce jour, c’est à dire quelques années plus tard, il est très difficile de se procurer des greffons des variétés centenaires du sieur de Gouberville parce que, à vrai dire, tout le monde s’en fout!!!!

Cependant, amie lectrice, ami lecteur, si tu veux ardemment sauver ce patrimoine, contacte-moi. Tu trouveras mon adresse mail dans  » Mes cours ». Ensemble, nous devrons alors effectuer le  » parcours du combattant » et comme le dit le proverbe: à personne motivée, rien n’est impossible!

Maintenant, terminons ce chapitre par un peu de gratitude à l’égard de Gilbert!

Il reçoit la médaille du mérite agricole.

 »

Jeudi soir, Joël Lequertier, en compagnie de Jacques Regnault, maire de Saint-Sauveur, et Philippe Ripouteau, conseiller général, a remis à Gilbert Martin l’insigne de l’ordre du Mérite agricole, une récompense qui salue son travail au profit de la pomme.

Né à Saint-Sauveur, Gilbert Martin est orphelin dès l’âge de 5 ans. C’est donc en compagnie de sa grand-mère qu’il grandit, une grand-mère qui lui a appris à connaître et reconnaître les pommes. Professeur retraité, il a planté chez lui des pommiers. Il en a plus de 130 aujourd’hui.

Pomologue réputé au-delà du département, il a conseillé la municipalité de Saint-Sauveur, en 2000, dans la plantation et la greffe de pommiers dans le verger près du château, ainsi qu’au lotissement des Pommiers. Actuellement, la ville possède 53 variétés de pommes à cidre et 50 variétés de pomme à couteau.

« Ce verger conservatoire est sans doute le plus important de Normandie. Il représente une richesse pour l’avenir. Les pommes, par le passé, ont été une richesse pour nos parents. Je souhaite que nos pommiers ne disparaissent pas et j’aimerais que les jeunes puissent prendre le relais », a souligné Gilbert Martin. »

Et toi, amie lectrice, ami lecteur, as-tu envie de t’ échiner, de dépenser des milliers d’euros?

Tout ça parce que tu envisages un avenir meilleur pour tes p’tits chéris?

Passons maintenant aux œuvres de Gilbert!

Bon voyage!